Développer votre notoriété

Les modes d’information des citoyens, des consommateurs et des professionnels ont beaucoup évolué. L’information est courte, rapide, multiforme, interactive et partagée. Les journalistes sont soumis à de nombreuses contraintes et travaillent avec un rythme intense. Ils doivent eux aussi « vendre » à leurs rédactions, dans un contexte économique difficile, l’intérêt de tel ou tel reportage pour obtenir de l’audience.

Ma priorité est double : vous « défendre »,  comme le ferait un avocat sur cette place publique conversationnelle, et apporter aux journalistes le meilleur service pour lui permettre de réaliser son « papier, » ou son reportage dans les meilleures conditions.

Quelques conseils avant de démarrer…

A quels objectifs peut répondre une action de relations média ?

  • accroître sa notoriété
  • faire évoluer son positionnement
  • renforcer sa crédibilité (technique par ex) ou sa légitimité ( en appui avec des relations publiques)
  • orienter l’opinion publique
  • bénéficier du regard extérieur de journalistes experts et ainsi améliorer sa communication

Quels sont les facteurs clés de réussite en adéquation avec les pratiques et les demandes des journalistes?

  • avoir mis en oeuvre un marketing rigoureux et argumenté : qu’est ce qui fait vraiment la différence dans mon savoir faire, mon positionnement ? ai-je clairement défini mes actions commerciales ou un planning d’événements  auxquels je participe pour les 6 mois à venir?
  • définir et maîtriser les arguments clés de mon offre, mes services etc : qu’est ce que j’ai à dire, susceptible d’intéresser des lecteurs, des auditeurs, des internautes, en 30 secondes, ou 1 page ?
  • identifier  vos  meilleurs porte-paroles : qui est le mieux placé pour parler dans les médias ? le chef d’entreprise? un client? un partenaire ?
  • garantir une continuité : on entre dans une relation avec un journaliste, en répondant à ses demandes, et en l’informant régulièrement, au bon moment.

Travaillons ensemble pour identifier votre potentiel « médias »,  élaborer les contenus, et mettre en place le process pour intéresser les médias.

Au Québec, le métier d’attaché de presse est appelé « relationniste », j’ aime beaucoup  cette terminologie qui prend tout son sens : il s’agit bien de mettre en relation des univers différents,  que le journaliste s’ approprie les informations et puisse les retranscrire avec pertinence.  La qualité de la relation humaine c’est le socle et mon repère pour agir.